Marie-Claude Savard
Crédit photo: Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Marie-Claude Savard nous parle d'une partie sombre de son enfance

Publié le 22 février 2024 à 9h06
PAR ERIC PILON

On connaît Marie-Claude Savard comme une femme pleine de vie avec le sourire facile, mais ce ne fut pas toujours le cas. La journaliste et animatrice s'est confiée à La vraie nature diffusée dimanche dernier, où elle était l'une des invités de Jean-Philippe Dion.


Ses interventions ont donné lieu à des moments très émouvants. Elle a entre autres abordé la question de sa vie familiale lorsqu'elle était toute petite:

« Nous autres, on changeait tout le temps de place. C'est comme si mes parents se disaient: "Hey, si on déménage ça va aller mieux!" Un moment donné, on s'est ramassés à Laval parce que mon père commençait sa carrière de réalisateur. Puis, je les entendais se chicaner. Je me disais on est dans la marde (...) Et comme je suis enfant unique: Qui va s'occuper de moi? Est-ce que quelqu'un est assez compétent pour s'occuper de moi? J'étais jeune, j'avais 4-5 ans (...) Mon père avait énormément de succès professionnel, mais il buvait... écoute, il a bu sa vie. »



Sa relation avec sa mère n'était vraiment pas des plus faciles:

« C'est comme si elle m'élevait pendant qu'elle s'élevait aussi. Elle essayait, elle grandissait. Puis, en même temps, elle élevait une fille. Je ne pouvais pas vraiment m'appuyer sur elle (...) Ma mère disait des affaires épouvantables, tu sais aujourd'hui je repense à ça, je me dis que ça n'a aucun sens ce qu'elle me disait! "Occupe-toi de toi-même, sinon personne ne va s'occuper de toi". Hey, moi je me disais: "Ce n'est pas toi qui es supposée de s'occuper de moi, peut-être?" »

Son enfance malheureuse l'a amenée à penser au suicide.

« Moi, je me suis ramassée à l'hôpital. Deux tentatives de suicide, les amis... à quinze ans et à seize ans (...) Et je crois que ma rébellion, c'était aussi: Je suis fatiguée (...) Puis, mon père est venu s'asseoir sur une chaise droite à côté de mon lit. Il était saoul et il m'a dit: "Je ne peux pas croire que tu m'as fait ça!" Fait que là je me suis dit: Même dans un état comme ça, ils n'ont pas la capacité de s'occuper de moi. »

Fort heureusement, Marie-Claude Savard a retrouvé la paix par la suite et connu une carrière dont elle peut être fière. Bravo pour sa résilience.


Pour regarder l'épisode de dimanche dernier de La vraie nature, cliquez ici.

Source: La vraie nature/TVA
SONDAGE
22 Fevrier   |   130 réponses
Marie-Claude Savard nous parle d'une partie sombre de son enfance

Aimez-vous la personnalité de Marie-Claude Savard?

Oui8363.8 %
Non2216.9 %
À vrai dire, je la connais très peu2519.2 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub