La sexologue de l'émission Si on s'aimait sous enquête

Publié le 9 avril 2022 à 12h31
PAR

Le journal Le Devoir rapporte que la sexologue de l'émission « Si on s'aimait », à TVA, fait actuellement l'objet d'une enquête de l'Ordre professionnel des sexologues du Québec. Elle aurait failli à son code de déontologie (pour l'article du Devoir, cliquez ici).

Plusieurs candidats et téléspectateurs ont fait des demandes d'enquêtes qui pourraient mener à une plainte sérieuse auprès du conseil de discipline.

La « méthode Sigouin » est vivement critiquée et plusieurs candidats ont reproché que la sexologue faisait passer les besoins de l'émission bien avant leur bien. Plusieurs témoignages révèlent qu'elle portait une oreillette pendant les tournages pour poser des questions suggérées par le producteur de l'émission.

Un candidat, dont l'identité n'a pas été dévoilé, a mentionné :


« Je me disais que ce n'était pas tant une thérapie qu'on avait, mais plus une sexologue qui nous transmettait les questions de la production. »

D'autres témoignages ont révélé que la production offrait des séances avec Louise Sigouin à des candidats qui souffraient de détresses psychologiques très graves et même d'idées suicidaires.

L'Ordre professionnel des sexologues du Québec va enquêter en visionnant des images filmées de l'émission, avant montage.

Témoignages troublants

Stéphanie Vallet, journaliste pour Le Devoir, a recueilli plusieurs témoignages troublants que voici :

« Louise nous dénigrait énormément pendant les consultations. Le but de Louise dans l'émission, ce n'était pas de créer une relation saine et ouverte entre elle et moi. C'était de m'écraser, de me dominer. Elle voulait qu'on reste le plus longtemps possible [dans l'émission] pour créer les images les plus corrosives possible », raconte un premier candidat.

« Elle [Louise Sigouin] me disait que je ne voulais pas travailler sur moi, que j'étais fermée. Mais ce n'était pas ça, je n'allais pas bien, j'étais en crise. Déroger du mandat des cinq dualités n'était pas possible. Je suis une fille super émotive, super sensible, et c'est comme si, en utilisant les dualités, ça mettait de côté une partie de moi. Quand je l'exprimais à Louise, elle me disait : «C'est ta codépendance» [une des dualités], elle me catégorisait beaucoup », affirme une autre candidate.

« Les gens qu'ils [La production] nous présentent, ils font exprès pour que ça soit des déclencheurs. Tu te retrouves avec des individus avec des personnalités particulières. C'est voulu pour créer des flammèches et des inconforts. Comme professionnelle, d'accepter de jouer le rôle qu'elle joue en sachant qu'il va y avoir des conséquences psychologiques pour nous Elle endosse des choix de la production, se rallie à eux au détriment de notre bien-être. C'est ça que je déplore ! Louise devait être bienveillante », indique une troisième candidate.

Pour le moment, l'Ordre professionnel des sexologues du Québec et Louise Sigouin n'ont pas commenté l'article du Devoir.

Du côté de la maison de production « Duo Productions » et de la chaîne TVA, ils soutiennent que Louise Sigouin « est une sexologue intègre, rigoureuse et consciencieuse » et qu'elle « contribue à offrir aux téléspectateurs une émission utile et saine ».

Êtes-vous surpris par ces témoignages ?

Source : Monde de Stars
10 dernières chroniques
pub