Toilettes non genrées : Des entreprises comme Ubisoft, Meta et le BCG innovent

Publié le 16 octobre 2022 à 11h25
PAR

Il y a de plus en plus de toilettes (W-C) non genrées en France, une tendance qui s'inspire de celle des États-Unis. Cependant, ce sont surtout des entreprises américaines, notamment Spotify, Meta, Ubisoft ou le cabinet de conseil BCG qui suivent cette tendance, bien que d'autres suivent le pas, comme le magasin Les Galeries Lafayette Champs Elysées et une partie des locaux de BNP Paribas.

Ubisoft, une entreprise qui emploie 4 400 salariés, a inauguré ses nouveaux locaux à Saint Mandé (Val de Marne) en 2020. Ces derniers se veulent plus inclusifs en offrant des toilettes non genrées qui affichent le message « Pour tous », flanqué du logo pour les personnes à mobilité réduite. Cela signifie que tous les employés peuvent y avoir accès.

Dès 2018, des employés de l'entreprise avaient envoyé des demandes au réseau LGBTQIA + interne pour que les personnes trans puissent accéder aux toilettes correspondant au genre auquel elles s'identifient et non à celui assigné à la naissance en fonction de leur sexe. Pour des personnes trans, se rendre dans les toilettes de son genre quand sa transition n'est pas entamée ou terminée peut être une épreuve.

Pourquoi ces demandes?


Une cheffe de projet diversité et inclusion dans une des entreprises du CAC 40 (qui préfère rester anonyme) explique :

« Elles [les personnes trans] peuvent essuyer moqueries, insultes, voire violences et harcèlement. Même si l'entreprise est un environnement où les gens sont généralement plus polis, la discrimination est plus sournoise, et on ne sait jamais ce qu'il peut se passer dans les toilettes. »

Ces personnes trans réticentes à se rendre aux toilettes « genrées » pourraient ne pas se sentir à l'aise d'y aller et développer des problèmes de santé parce qu'elles se retiennent trop longtemps. Le risque est réel de développer des infections, insuffisances rénales, hémorroïdes et problèmes de constipation.

Les toilettes non genrées répondent donc aux demandes de personnes trans, mais également non-binaires, celles qui ne s'identifient ni au genre masculin ni au féminin.

Une question de temps

Il y a aussi la question du temps passé aux toilettes, qui est différent pour les hommes et les femmes. En 2017, le Guardian avait fait l'expérience d'observer les entrées et sorties de toilettes publiques pour les hommes et pour les femmes. Le journal britannique avait compté que pour quinze hommes et quinze femmes qui se rendaient aux toilettes, les hommes devaient attendre 40 secondes, alors que les femmes patientaient deux minutes et 20 secondes.

Si les deux locaux avaient été non genrées, le temps moyen pour pouvoir aller aux toilettes aurait été de soixante secondes (soit 20 secondes supplémentaires pour les hommes et 80 secondes de plus pour les femmes).

Il y a encore beaucoup de barrières culturelles à la mise en place de toilettes non genrées. En effet, les personnes plus conservatrices craignent de voir s'effriter un peu plus la frontière entre les femmes et les hommes, alors que les personnes plus progressistes reprochent aux personnes conservatrices de vouloir maintenir en place des mythes d'un autre temps, celui de la femme mystérieuse qu'on ne veut pas voir se rendre au petit coin, ou celui de l'homme viril qui se verrait empêcher de sortir ses attributs face à un urinoir.

Certaines féministes s'opposent également aux toilettes genrées, car elles veulent préserver cet espace de la pression masculine.

La cheffe de projet diversité et inclusion de l'entreprise du CAC 40 reconnaît toutefois que des femmes peuvent être mal à l'aise de se retrouver dans un espace à la fois mixte et intime.

Source : Les Échos Start
SONDAGE
16 Octobre   |   61 réponses
Toilettes non genrées : Des entreprises comme Ubisoft, Meta et le BCG innovent

Êtyes-vous d'accord avec les toilettes non genrées?

Oui, ça fait du sens1423 %
Non, c'est n'importe quoi2642.6 %
Je préfère ne pas me prononcer2134.4 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub