Tout le monde en parle: Nous avons eu droit à l'un des moments les plus forts de la saison

Publié le 31 octobre 2022 à 11h21
PAR

De passage à l'émission Tout le monde en parle en compagnie de Karine Vanasse et Éric Bruneau pour parler de l'excellente série Avant le crash, le comédien Émile Proulx-Cloutier a été particulièrement éloquent après une question de l'animateur Guy A. Lepage.

En effet, vers la fin de l'entrevue, Guy A. Lepage a demandé aux trois comédiens de se prononcer sur la fin du « Gala Québec Cinéma ».

À ce moment, nous avons eu droit à l'un des moments les plus forts de la saison avec la réponse d'Émile Proulx-Cloutier.

Voici ce qu'il a affirmé :

« La culture, honnêtement, c'est une série de maillons. Entre la personne chez elle qui va peut-être sortir pour aller voir quelque chose, l'élève à l'école qui entend parler qu'il y a de la danse, du cirque, du conte, du cinéma, du théâtre. C'est une série de maillons que oui, des fois, il faut développer. Ça ne veut pas dire de forcer ça dans la bouche des gens, ça veut dire qu'il faut provoquer des coups de foudre.


À une époque, il y a plein d'ados qui sont tombés sur les Beaux dimanches par hasard sur un télé-théâtre de Michel Tremblay qui ne pensaient même pas que ça existait et qui tout à coup ont eu un coup de foudre pour la langue, le jeu, les récits bizarres. Tout à coup c'est devenu familier.

Moi comme enfant j'ai été exposé à plein d'affaires, je ne comprenais pas la moitié de ce que je voyais au théâtre quand mes parents m'emmenaient. Mais à un moment donné, à force d'en voir, et au ciné la même chose, c'est par la rencontre perpétuelle que ça se passe et ça prend des points de rassemblement et des maillons dans cette grande chaîne-là.

Le gala en était un, mais s'il est fragilisé c'est parce que les autres maillons sont faibles ou absents. Pour moi la réponse c'est pas hey le gala lève pas parce que les gens n'ont pas de référent par rapport aux films qu'ils voient, ce n'est pas d'enlever ça, c'est de renforcer les autres maillons, dans les écoles, que les films sortent dans les régions...

Les cinéastes qui font des films, ils ne le font pas pour que personne ne les voit et que ça aille dans les festivals. Quand Sophie Dupuis fait Souterrain ou que ma blonde fait La déesse des mouches à feu, c'est pour que ce soit vu par des ados, des gens qui ont toutes sortes de jobs dans la vie. Et ça il faut que ça circule. Donc c'est une affaire de distribution dans les régions, c'est une affaire de diffusion à heure de grande écoute à la télé, qu'une couple de monde en parle et ce n'est pas juste une affaire de promotion.

C'est une histoire de réelle rencontre avec les gens. Donc je pense que c'est là qu'il faut investir et à un moment donné quand ça ça va être en santé, ben la gala en question il va lever. Donc pour moi la réponse ce n'est pas on va enlever ça et on va faire un talk-show le fun avec. Je pense que c'est d'investir massivement en amont. »

Pour voir et entendre l'extrait :


Ses propos ont énormément fait réagir sur les réseaux sociaux. Voici quelques commentaires d'internautes :






Autres articles sur vos émissions préférées :

En direct de l'univers: Une performance émerveille les téléspectateurs

Tout le monde en parle: MC Gilles revient sur son rôle dans l'entrevue avec Julie Snyder

Révolution: Le jeune Théo, qui épate la galerie, est le fils d'un couple du show business québécois

Tout le monde en parle: Le passage d'une invitée offre le moment le plus touchant de la saison

Tout le monde en parle: Le passage de Bernard Drainville fait énormément réagir et ce n'est pas pour les bonnes raisons

En direct de l'univers: Une performance incroyable d'une retraitée de la scène musicale

Un souper presque parfait: Antoine Vézina promet une semaine mémorable

Tout le monde en parle: La production sort pour parler de l'entrevue malaisante de la fille de Tony Accurso

Tout le monde en parle: Luc Langevin mystifie tout le monde sur le plateau

Source : Monde de Stars
10 dernières chroniques
pub