Un adolescent armé force son père à se défenestrer

Publié le 1 octobre 2022 à 8h52
PAR SANDRINE D

C'est un drame effroyable qui s'est déroulé dans la résidence Louis-Bériot, à Villejuif, mercredi soir.

Un adolescent de 14 ans, armé d'un couteau, a menacé son père de tuer sa mère s'il ne sautait pas par la fenêtre.

Ce soir là, la famille s'apprête à fêter la soeur aînée, partie faire des emplettes pour l'occasion, quand une dispute éclate entre le père et le fils. Le fils se munit alors d'un couteau et commence à menacer ses parents et à donner des coups sur la table.

Il se dirige ensuite vers son père et le menace de tuer sa mère s'il ne saute pas du 4e étage.


Il lui aurait dit:

« Soit tu sautes, soit je te tue, si tu ne sautes pas, je tue maman »

L'homme, âgé de 49 ans, s'exécute et saute. La mère réussit à se sauver et à rejoindre le hall de la résidence.

Par chance, la chute du père est amortie par les arbres. Les pompiers, alertés par les voisins, arrivent rapidement sur place et transporte l'homme, légèrement blessé, au CHU du Kremlin-Bicêtre. Son pronostic vital n'est pas engagé.

Le fils, quant à lui, se rend quelques minutes plus tard après une conversation téléphonique avec les pompiers. Il a reconnu les faits et a été placé en garde à vue au commissariat du Kremlin-Bicêtre.

Selon les premiers éléments obtenus, le lycéen souffrirait de dépression et serait suivi pour des troubles psychologiques.

Une voisine a déclaré que le jeune vivrait dans un milieu violent:

« C'est un gamin adorable, mais détruit par une famille destructrice avec un père très violent »

Elle affirme également qu'il aurait tenté de se suicider et explique:

« Je l'ai vu se recroqueviller au fil des années. Ce n'est pas du tout le monstre dont on parle. Il est passé à l'acte, c'est horrible, mais il avait vraisemblablement ses raisons »

Une enquête a été ouverte pour permettre de comprendre ce qui a motivé le jeune garçon et établir dans quel état psychologique il se trouvait au moment des faits.

Source: 20 minutes
10 dernières chroniques
pub